Rencontre avec Juliette, étudiante en Sciences du Numérique

Etudiants

Rencontre avec Juliette, étudiante en Sciences du Numérique, qui après une année de césure en Allemagne, a décidé de réaliser un échange universitaire avec la Technische Universität München (Munich). Dans ce cadre elle a joué au pendu … avec un robot ! Rencontre …


 


J’ai commencé mes études par un passage par la classe préparatoire associée de CPE avant d’intégrer le cycle ingénieur dans la filière Sciences du numérique. Attirée par les nouvelles technologies et l’innovation, j’ai choisi la majeure « Robotique de services et intégration des systèmes embarqués  » en année 4. 

 
A la fin de mon année 4, j’ai décidé de faire une année de césure chez Infineon Technologies à Munich, dans le but d’affiner mon projet professionnel. J’ai découvert Munich, ville bavaroise très dynamique avec beaucoup de traditions et une activité économique importante. En décembre 2015, j’ai saisi l’opportunité de rester en Allemagne en postulant pour suivre des cours à la TUM (Technische Universität München) de Munich. L’opportunité de faire un semestre dans le cadre d’un Erasmus à la TUM me semblait unique et exceptionnelle, puisque l’Université est reconnue dans le monde entier !
 
Un de mes cours porte sur la robotique humanoïde  : il commence par la théorie puis comporte un projet à réaliser en équipe. Nous avons eu des cours pratiques où nous apprenions à utiliser le système ROS (Robot Operating System) et les librairies utiles (OpenCV) et fin décembre, nous avons débuté notre projet.

Les consignes pour ce projet sont d’utiliser la reconnaissance vocale, la vision par caméra et les techniques de contrôle des mouvements. Pour cela, l’Université met à disposition de chaque groupe un robot Nao de Aldebaran. Avec mon équipe, nous avons donc eu l’idée de créer un système permettant de jouer au jeu du pendu avec Nao comportant deux modes de jeu
 
Dans le premier mode, Nao est le maître du jeu. Il choisit un mot et dessine le nombre de lignes correspondant à chacune des lettres du mot. L’adversaire essaie de le deviner en énonçant des lettres à l’oral. Etant donné que l’ouïe de Nao n’est pas parfaite, nous utilisons l’alphabet radiophonique (Alpha, Bravo, Charlie…). Lorsque la lettre est présente dans le mot, Nao dessine la lettre au-dessus de la ligne correspondante, si elle n’est pas présente dans le mot, il dessine la partie du pendu correspondante. 
 
Dans le deuxième mode, le joueur humain pense à un mot, il dessine le nombre de lignes correspondant à chacune des lettres. Nao visualise alors le nombre de lettres du mot choisi. Puis il dit des lettres tout en connaissant les lettres les plus utilisées dans les mots en anglais. Si la lettre est présente dans le mot, le joueur humain dessine la lettre et Nao reconnait la lettre et l’endroit où elle est écrite. Si la lettre n’est pas présente dans le mot, alors le joueur dessine la partie du pendu.
 
A la fin du semestre, nous avons présenté ce projet devant les professeurs et les élèves du cours et puis nous avons fait une démonstration.
 
Ce cours a été très enrichissant au niveau de la technique, de la pratique. Nous avions accès libre au laboratoire où sont les robots Nao (utilisés uniquement pour notre cours). J’ai donc passé de nombreuses heures dans cette salle pour travailler sur les travaux pratiques et sur le projet. Le professeur nous a averti de la quantité de travail à fournir, travailler avec un robot tel que Nao rend les exercices et le projet passionnants
Cet échange m’a permis de renforcer mes connaissances en robotique, ainsi que mes aptitudes à travailler en équipe et à l’international avec des objectifs et des exigences. Bien sûr, j’ai renforcé mes compétences linguistiques en suivant les cours en anglais tout en continuant à apprendre l’allemand. 

Après quelques recherches, j’ai décroché mon Projet de Fin d’Etudes (PFE) dans le domaine de la robotique chez BSH (Bosch Siemens Hausgeräte), je reste donc encore un peu à Munich et je travaille sur un robot assistant de cuisine appelé Mykie, présenté au CES à Las Vegas en janvier.
Après un an et demi en Allemagne, j’ai mes repères et l’international ne me fait plus peur  ! Après l’obtention de mon diplôme, je souhaite partir plus loin, pourquoi pas en Inde ou en Asie.