Quelques témoignages

MIRABELLE DENAVIT

STAGE A AIR LIQUIDE, japon : 

CHIMIE - GéNIE DES procédés



Je savais dès la fin du lycée que CPE Lyon était l’école que je voulais intégrer. Surtout pour la possibilité de partir en année de césure de partout dans le monde  ; et plus spécialement au Japon, mon grand rêve ! Je suis donc passée par la prépa associée CPE Lyon, pour finalement intégrer le parcours ingénieur dans la filière Chimie- Génie des Procédés.

 
Actuellement, je suis en année de césure à Tsukuba, au Japon (objectif : done !). Je travaille chez Air Liquide Laboratories, sur des dépôts de films chimiques suivant les procédés d’ALD/CVD (Atomic Layer Deposition/Chemical Vapor Deposition). Le principe est simple : des composés sous forme gazeuse sont envoyés dans un four sur des plaques (de silicone ou de métal), et vont réagir à la surface de ces plaques pour former une couche sur celles-ci. Ces films chimiques sont destinés principalement à l’industrie électronique, pour la fabrication de semi-conducteurs, un domaine très porteur et compétitif en ce moment !
 
Je réalise les expériences dans la journée, et fais aussi les analyses, pour caractériser les dépôts (composition, épaisseur, nature des liaisons, etc.). Ces analyses étant souvent longues, je les lance le soir avant de partir et récupère les résultats le matin, ce qui me permet de décider quelles seront les expériences du jour.
 

J’ai principalement choisi cette césure pour pouvoir partir au Japon, et découvrir la vie là-bas en tant qu’expatriée, et non en tant que simple touriste. Je voulais partir loin, me dépayser, et voir autre chose que mon quotidien. Et pour cela, je suis plutôt bien tombée car, même sans parler de la vie japonaise qui est toujours pleine de surprises, le sujet de mon stage m’était totalement inconnu. La CVD (et ALD) n’est pas quelque chose que l’on apprend à l’école, je suis donc arrivée en totale néophyte. J’apprends énormément, non seulement sur mon travail, mais aussi sur des sujets intimement liés, auxquels je ne me serais pas forcément intéressée de moi-même, comme les transistors par exemple.
 
Air Liquide Laboratories (ALL) est aussi une formidable entreprise. Elle fait partie du groupe Air Liquide, français et mondialement connu, et attire donc des profils très différents. J’ai beaucoup de collègues étrangers, français, mais aussi espagnols, mexicains, coréens, ainsi que des collègues japonais. Le mélange de culture est donc à son comble ! L’adaptation se fait aussi rapidement, car tous sont très ouverts, et disposés à s’entraider au besoin. Je n’ai même pas eu à m’occuper de trouver mon logement, car ALL l’a fait pour moi, ce qui simplifie beaucoup de démarches !
 
Tout le monde parle anglais, ce qui facilite bien évidemment considérablement la conversation. J’apprends aussi le japonais, car ALL nous permet de suivre 2h de cours par semaine. C’est très utile pour la vie quotidienne, car tous les japonais ne parlent pas anglais !
 

La vie en entreprise ici ne me semble pas différer beaucoup de celle en France, mais je ne suis sans doute pas la plus à même de juger, étant donné que le management global d’Air Liquide vient de Paris. Néanmoins, on peut observer des différences dans le comportement des gens au travail. L’ordre hiérarchique est très important. A cause de cela, des décisions en apparence simples peuvent se révéler compliquées, car il faut faire remonter l’information et la discussion à plusieurs niveaux hiérarchiques, et s’assurer à chaque fois que tout le monde est d’accord.
 
Il me reste encore 5 mois de césure, mais le bilan que je peux tirer à mi-parcours est la sensation d’avoir beaucoup appris, professionnellement et personnellement. Le travail m’a permis de découvrir d’autres domaines d’application de la chimie, et m’a fait m’intéresser à des choses très diverses. De même, qu’en discutant avec mes collègues, j’apprends beaucoup sur leurs spécialités professionnelles, leur culture, leur façon de voir la vie.
 
Partir aussi loin permet de prendre un certain recul sur sa vie, sur ce qu’on croyait normal ou universel (oui, râler à tout bout de champ est typiquement français), et même sur ce qu’on croyait acquis. La réflexion que cela engendre, les nouvelles découvertes, les voyages, sont des choses que seule une expérience comme une année de césure peut apporter. Cette expérience à l’étranger est le meilleur choix que je pouvais faire !